Carrière & compagnie

dominique delajot599

Une carrière qui fut un dépôt de munitions

Autour de Bourges, plusieurs sites ont été exploités comme carrières. C’est le cas à Lazenay, mais c’est aussi le cas route de Dun, à l’est de Bourges, pour celles dites carrières du château.

Pendant l’occupation, une partie du site abrita un grand dépôt de munitions allemand.
Une tranchée de 120 mètres de longueur sur 25 mètres de largeur et 5 mètres de profondeur fut creusée à l’angle des routes de Dun et de Soye-en-Septaine pour établir un nouveau chemin d’accès aux installations souterraines. La nouvelle ouverture ne fut jamais terminée.

Après la guerre, conformément à un marché passé par l’autorité militaire, l’entreprise Gagey, était chargée du désamorçage des bombes incendiaires entreposées dans les galeries de la carrière.
La carrière contenait 3000 bombes incendiaires allemandes de 50kg et environ 20000 bombes de fabrication française. Les bombes ayant été stockées en plusieurs points.
Le 20 août 1946, une tragique explosion détruisit une partie de l’ancien dépôt de munitions, entraînant dans la mort 10 ouvriers occupés a désamorcer les bombes incendiaires. Deux fermes voisines ont également subi des dégâts matériels.

La plus belle salle des carrières, dénommée «le Saint-Bernard par les champignonnistes sauta, formant un large cratère en bordure du chemin de Blet et endommageant gravement toutes les galeries d’alentour. La carrière fut restituée en 1949 à son propriétaire, à l’exception du secteur sinistré, demeuré propriété de l’autorité militaire. Elle est aujourd’hui totalement abandonnée.

 

école Jules-Ferry

 


Quand Les champignons poussaient en sous-sol

En consultant les documents des archives départementales du Cher, les CM2 de l’école Jules-Ferry ont pu faire des découvertes intéressantes. Jadis, lieu d’extraction de pierre, les carrières du Château, furent exploitées vers 1890, comme champignonnières.

Ces carrières souterraines sont de véritables labyrinthes où commence l’histoire de nos monuments puisque l’on construisait des habitations à partir de ces roches. Déjà, au Moyen- Âge, on exploitait les carrières. Les plans lisses de la pierre travaillée témoigne encore de l’ activité des carriers qui s’ affairaient là autrefois.

Ces lieux très nombreux en France et aujourd’hui inexploités font parfois l’objet de projets urbanistiques. Ce qui gêne, à la surface, peut être adapté sous terre (usine d’incinération, garage, parking …) Ici , on a voulu faire pousser des champignons qui ont disparus depuis. Maintenant le silence s’est à nouveau installé dans ces grandes routes souterraines.

 

école Jules-Ferry

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s