Jardiner sans se casser le dos

J’ai rencontré Constance par une belle journée ensoleillée, il y a quelques mois au cours d’un papier que je faisais sur les potagers bios dans le Boischaut. Nous avons très rapidement sympathisé .

C’est une femme dynamique, pleine d’énergie, vive et souriante. Elle m’a parlé de son potager « anti-mal au dos », et nous avons convenu d’un rendez-vous pour alimenter mes articles.

« C’est pas compliqué pour me trouver, c’est à côté de la Poste, au milieu du village, un grand portail vert » m’a-t-elle indiqué. Munie de son adresse, je programme mon GPS. Effectivement je trouve très facilement, et je sonne au portail.

Elle m’accueille ceinte d’un tablier fleuri « je l’ai brodé moi-même » confie t- elle. De sa poche dépasse un sécateur et une paire de gants. A peine le portail refermé, je découvre sa maison complètement isolée de la route, elle est en grès rose, sa cour est ornée de fleurs en pots et en jardinières, une pancarte suspendue aux volets indique qu’elle habite chez ses chats…

Constance m’entraîne dans son jardin et effectivement je vois au moins trois chats qui se prélassent dans l’herbe. Tout dans ce jardin est harmonie, couleurs et agencement se mariant avec goût. Ce petit jardin est entouré d’un mur en pierre de grès rose ce qui lui donne une allure de jardin de curé d’antan. Une haie de lilas en fleurs à cette saison embaume, le chèvre-feuille, le cerisier, les pêchers sont eux aussi fleuris, les rosiers sont en bouton tandis que les camélias commencent à perdre leurs couleurs. Deux petites tables rondes, l’une verte, l’autre violette, installées sous les lilas invitent à la lecture ou à la rêverie. Constance m’invite à prendre une chaise, elle a préparé thé et pâtisseries.

Elle m’explique avec enthousiasme : « voilà je commence vraiment à avoir mal au dos et je ne veux plus bêcher, alors j’ai eu l’idée de faire des mini potagers que je délimite avec des pierres de grès rose. Au milieu j’ai disposé des cartons, des feuilles séchées, des brindilles et deux pelletées de mon compost puis de la terre. J’arrose le tout généreusement. J’ai fait un rectangle pour les tomates, un triangle pour les salades et un rond pour les poivrons et les haricots verts.  J’ai mis mes plants et ça à l’air de prendre.»

Je remarque que ces figures géométriques transformées en mini potager sont tout à fait bien intégrés.

Je la quitte à regret. Je prends une photo, elle devient timide, lisse son tablier, mais se prête à l’exercice sans problème. Elle me raccompagne et se retourne pour me demander : « c’est pour quel jour la parution de votre article ? »

 

atelier des Trois-Sabots

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s