De l’eau pour vivre et pour travailler

Didier Vandeporta est guide-conférencier depuis 1978 à Noirlac. Il connaît particulièrement bien le système hydraulique de l’abbaye.

Didier Vandeporta

Didier Vandeporta a été guide à l’abbaye pendant quarante ans. Il est aujourd’hui à la retraite.

Didier explique : « avant de construire une Abbaye, un château ou même une ville, il fallait déjà assainir car souvent ces endroits à l’époque étaient des marécages et on ne pouvait pas construire notamment une Abbaye dans ces conditions. Avant de commencer à construire les bâtiments, on s’intéressait à l’eau et aussi au système l’hydraulique ».
À Noirlac, les archéologues ont découvert sous l’Abbaye des aqueducs et des collecteurs et également sous du parc.
« On n’a pas à reconstruire le système, souligne Didier, car il est encore efficace aujourd’hui. L’eau passe en dessous de l’église dans les aqueducs après être descendue de la colline. Ce sont les eaux mortes. Elles passent également par des fossés qui se trouvent le long du mur extérieur. Ceux-ci seront nettoyés et recreusés au cours des travaux ».
Ces eaux vont ensuite jusque dans le Cher et donc jusque dans la Loire et, par la suite dans la mer. ». Un puits se trouve au centre de l’abbaye dans le cloître. « Il fait quinze mètres de profondeur », précise Didier. On a donc calculé qu’il y avait environ 26 m3 d’eau dans le puits du cloître.

 
école d’Uzay-le-Venon

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s