Interview : un travail très manuel

Au Moyen-Âge, les jardiniers n’utilisaient pas les outils d’aujourd’hui qui fonctionnent avec de l’électricité ou de l’essence (débroussailleuses, taille-haie…). Nous avons interrogé trois jardiniers : Gilles Clément, le paysagiste, ainsi que Ludovic Bernachot et Benjamin Junchat qui entretiennent le jardin de Lazenay, à Bourges.

 

Quel est le premier outil du jardinier ?

Gilles Clément : « La main et la patience. Le jardinier peut faire beaucoup de choses avec ses mains comme seul outil mais il est obligé d’attendre pour que les plantes poussent ».

Ludovic Bernachot et Benjamin Junchat : « Ses propres sens et l’observation. Avant d’utiliser une pioche ou un râteau le jardinier doit utili-ser son cerveau et ses sens ».

Quel est l’outil que vous utilisez le plus dans votre jardin ?

Gilles Clément : « C’est difficile de répondre à cette question. Je crois que c’est le sécateur. Quand il y a des sentiers encombrés, j’utilise mon sécateur pour couper ce qui dépasse et pouvoir passer. Je n’arrache pas. C’est un outil que j’ai toujours sur moi ».

Ludovic Bernachot et Benjamin Junchat : « Au jardin de Lazenay, c’est la tondeuse-débroussailleuse pour la prairie puis, ensuite pour un travail plus précis le sécateur ou la pelle-bêche.
L’outil que l’on utilise le moins c’est le pulvérisateur car on ne se sert pas de produits chimiques. Il y a aussi l’arrosoir car c’est la pluie qui se charge d’apporter de l’eau aux plantes ».

main

Si vous deviez aller demain dans un nouveau jardin, quel outil emporteriez ?

Gilles Clément : « Je ne peux pas vraiment répondre à cette question parce que ça dépend vraiment du jardin. Pour certains jardins il faudrait un sécateur et pour d’autres une bêche ».

Ludovic Bernachot et Benjamin Junchat : « Encore une fois, notre réponse est l’observation car avant de se lancer dans un nouveau jardin il faut d’abord comprendre le lieu. Parfois il n’y a pas besoin d’outil et le jardinier n’est même pas obligé d’intervenir ».

Est-ce que vous utilisez autre chose que des outils pour entretenir votre jardin ?

Gilles Clément : « Non je n’utilise rien d’autre, à part de l’eau, du compost, uniquement des choses naturelles que je fabrique moi-même. Des choses qui ne sont pas dangereuses ».

Ludovic Bernachot et Benjamin Junchat : « Il peut y avoir des mots. Nous communiquons entre nous et avec des personnes extérieures pour entretenir le jardin et faire comprendre notre manière de travailler ».

Quel est l’outil le plus dangereux ?

Gilles Clément : « C’est la chimie. Si on met de l’engrais, c’est très rare que ça ne soit pas en surdosage et ça peut polluer les ruisseaux. C’est très dangereux, il ne faut pas rigoler avec ça ».

Ludovic Bernachot et Benjamin Junchat : « La tronçonneuse ou peut-être le manque de parole, quand les jardiniers n’échangent pas assez sur leur manière d’entretenir leur jardin ».

Vous avez beaucoup voyagé, quel est l’outil le plus extraordinaire que vous avez vu durant vos voyages ?

Gilles Clément : « Ce n’est pas vraiment d’un outil. C’est plutôt une installation que j’ai vue à Bali et qui sert à protéger le riz des oiseaux. Au-dessus des rizières, il y a des fils tendus horizontalement avec, accrochés dessus, des lanières en plastique. Ça brille avec le soleil et ça bouge avec le vent. Les oiseaux ne viennent pas. C’est presque artistique… ».

 

propos recueillis par les élèves de l’école de Culan

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s