Jardins mythologiques ou mythiques

Certains jardins sont célèbres mais les connaissons-nous vraiment ? Voici leur description et leur nom mais il y a comme un petit mélange ! À vous d’associer la description proposée au nom que nous  donnons à chacun de ces jardins.

La correction se trouve tout en bas de de la page.

Le jardin d’Alkinoos (1) – Le jardin suspendu de Babylone  (2) – Le jardin d’Eden (3) – Le jardin de l’Egypte ancienne (4) – Le jardin des Hespérides (5)  – Le jardin japonais (6) – Le jardin des Mille et une nuits (7) – Le Paradis (8) –

Jardin A

   Les filles du dieu Atlas qui soutient les cieux gardent ce fabuleux jardin dans lequel poussent des pommes d’or, cadeau de noces offert à Héra (Junon), l’épouse de Zeus (Jupiter) par Gaïa (déesse-mère, déesse de la Terre).

 

Jardin B

    C’est le jardin originel où, selon la Bible, vivaient Adam et Ève. Certains disent qu’il se trouverait au nord de la Mésopotamie car un pommier y poussait sans irrigation.

 

Jardin C

    Le roi de l’île des Phéaciens y reçut Ulysse et les Argonautes. Toute l’année , ce jardin enclos dans quatre arpents , offrait aux hommes des fruits : pommes, poires, figues, raisins, grenades, olives et des légumes.

 

Jardin D

    Ce jardin possède plusieurs éléments, réels ou symboliques : de l’eau, une île, un pont menant à l’île, des rochers, une lanterne, traditionnellement de pierre, un salon de thé ou un pavillon.C’est un jardin de flânerie ou de contemplation, idéal pour la réflexion ou le silence.

 

Jardin E

   C’est le jardin réservé aux bons chrétiens, après la mort, c’est aussi le verger plein de délices promis par le Coran aux fidèles pour l’au-delà. Ses caractéristiques : un espace clos et protégé, une source ou fontaine, quatre fleuves ou canaux d’irrigation, une réserve luxuriante de plantes ou d’animaux.

 

Jardin F

     Nabuchodonosor II (605-562 av. JC) l’aménagea pour son épouse d’origine perse. Des techniques d’irrigation maîtrisées permettaient d’alimenter des terrasses en eau. En effet, une simple vis amenait l’eau du fleuve aux fontaines à jets multiples.

 

Jardin G

     Dans son palais, le roi Shâhriyâr menace de mort Shéhérazade : c’est grâce aux merveilleux récits qu’elle lui fait qu’elle échappe à sa condamnation. Un jardin se cache dans un dédale de couloirs , fermés par des portes, isolés du tumulte de la ville alentour.

 

Jardin H

       Il est connu grâce à  des inscriptions et des dessins retrouvés sur des tombes, car même les morts en possédaient. Pour les vivants , il produisait des fruits, de la vigne, du papyrus…C’est souvent un jardin maraîcher.

       

J A :            J B :         J C :           J D :           J E :                 J F :            J G :              J H :    

                          

                                             

 

 

 

Jardins mythologiques ou mythiques : correction

J A :  5          J B :  3      J C :  1        J D :  6        J E :  8            J F : 2        J G : 7           J H :  4

 

atelier des Trois-Sabots

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s