Des abeilles et des moines

Entre Noirlac et les abeilles, c’est une longue histoire qui se perpétue encore aujourd’hui. Dans le département du Cher, de nombreux écoliers ont la chance de pouvoir les étudier grâce à des apiscopes.

À l’époque des moines, dans l’abbaye de Noirlac, il y avait des ruches. Les abeilles faisaient du miel et ce miel servait à soigner les blessures, les maladies.
Les moines s’en servaient aussi pour faire la cuisine et l’utilisaient à la place du sucre. Ils en mettaient également dans l’encre pour qu’elle ne coule pas lorsqu’ils écrivaient un peu penchés. Il rendait donc l’encre plus « rigide ».

 

Elles jouent un rôle essentiel

Les abeilles, dans le futur jardin imaginé par Gilles Clément, aideront à la reproduction des végétaux.
Quand une abeille va butiner le pollen qui se trouve dans les sacs polliniques des fleurs, elle va le déplacer, ce déplacement s’appelle la pollinisation. Quand l’abeille laisse échapper du pollen (le gamète mâle), il va se coller au stigmate sur le haut du pistil de la fleur puis va rencontrer, à l’intérieur, le gamète femelle : l’ovule ; c’est la fécondation. Cette rencontre va permettre d’obtenir une graine. Quand la fleur va faner, la graine sera déposée sur le sol et quelques mois plus tard une nouvelle fleur va pousser. Les abeilles jouent un rôle important dans le processus de pollinisation.

ruches (1)
école d’Uzay-le-Venon

 


Happy apiscopes pour les écoliers du Cher !

À l’école d’Uzay-le-Venon, comme à Jules-Ferry, nous avons un apiscope (une ruche à observer).
Cela nous sert à étudier la vie des abeilles. Pour mieux les comprendre, les voir se
développer de la larve à l’abeille adulte. À Noirlac il y a aussi des ruches. Elles ont été posées par Jean-Pierre Martin, la nôtre également.

IMG_9729

Il est professeur à l’I.U.T. de Bourges. Il est passionné par les abeilles et il est apiculteur pendant son temps libre. Il y a environ 5 ans il a installé les ruches à Noirlac. Il y a quatre ruches à l’abbaye et en pleine saison, il peut y avoir 60 000 abeilles par ruche. Il essaie de venir le plus possible pour suivre l’évolution des colonies. Du printemps à l’automne, Jean-Pierre Martin vient une, deux ou trois fois par mois. C’est lui qui s’occupe de la récolte du miel des abeilles de Noirlac. « Je récolte le miel vers la fin du mois de juin. Je vais récupérer les hausses qui sont des étages supplémentaires que nous mettons sur les ruches spécialement pour récolter du miel. Je les ramène chez moi et j’extrais le miel. Ensuite je redonne le miel à l’abbaye qui le vend à la boutique mais malheureusement en 2017 il n’y a pas eu de récolte. ».

 

école d’Uzay-le-Venon

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s